Artists' writings, Sexualités Softcover 200 pages 20 x 14 cm Texts in French         EUR 24 ORDER

Renate Lorenz, ART QUEER. UNE THÉORIE FREAK, B42, 2018

Art queer s’intéresse à la façon dont les stratégies de dénormalisation mises en place par les arts visuels peuvent se prolonger par le biais de l’écriture. Dans les trois chapitres de ce livre, les discussions théoriques et artistiques s’associent à la théorie queer, aux études sur la handicap et à la théorie postcoloniale pour définir trois pratiques : le drag radical, le drag transtemporel et le drag abstrait. Une des caractéristiques de l’art queer, tel que le définit Renate Lorenz, est sa possibilité d’agir à travers le temps, désorganisant une chronologie positiviste et se saisissant d’objets historiques par affinité. L’art queer cultive l’anachronisme comme méthode.
En s’appuyant sur le travail de onze artistes, le livre est moins une tentative de relecture de l’histoire de l’art, que la manifestation d’une méthode, que l’auteure nomme drag, qui rendrait apparents des modes d’assemblages, « des connections productives entre le naturel et l’artificiel, l’animé et l’inanimé, tout ce qui permet de produire des connections aux autres et aux choses plutôt que de les représenter ».

Feminism, Political theory, Sexualités Softcover 880 pages Texts in French         EUR 44 ORDER

Sam Bourcier, Queer Zones. La trilogie, Éditions Amsterdam, 2018

Queer Zones. La trilogie regroupe les trois volumes du même nom publiés entre 2000 et 2011, dont le désormais classique Queer Zones. Politique des identités et des savoirs, qui a impulsé la théorie et la politique queer en France. On y voit surgir au fil des pages la post-pornographie ainsi que des explorations politiques, théoriques et personnelles qui renouvellent le féminisme, les études de genre et la théorie du genre. S’y croisent Wittig et Foucault, Butler et Despentes, Deleuze-Guattari et Monika Treut, à l’ombre des subcultures et des subjectivités minoritaires, vivantes et dissidentes, proliférantes et militantes.
Mêlant, dans un style flamboyant, recherche et critique, chronique et polémique, Sam Bourcier construit un féminisme pro-sexe et biopolitique qui est une réflexion plus large sur les relations entre pouvoir et savoirs, corps et disciplines. Ars erotica, ars theorica, ars politica : la trilogie est l’indispensable boîte à outils de celles et ceux qui veulent sortir des cadres hétéro- et homo-normatifs, du musée de la différence sexuelle et de la binarité – en un mot, vivre et penser comme des queers.

Sexualités, Histoire Softcover 259 pages Texts in French   New       EUR 33 ORDER

Romain Jaouen, L'inspecteur et l'inverti. La police face aux sexualités masculines à Paris, 1919-1940, PUR, 2018

Le Paris d'entre-deux-guerres est connu des historiens pour son exubérance et ses comportements transgressifs. Dans un contexte légal discret sur le sujet de l'homosexualité, la capitale française constitue notamment un véritable lieu de rencontre entre hommes à ciel ouvert. Tout un univers de relations s'y déploie autour de quelques quartiers et de quelques établissements de nuit, ce que ne manquent pas de déplorer certains observateurs, soucieux du respect des normes et de la morale. Les forces de police, sillonnant les rues, constituent un témoin original de ces rencontres. Du trottoir à l'hôtel en passant par le commissariat, les agents croisent régulièrement les trajectoires des hommes qui trouvent dans la ville les espaces, parfois les interstices, de leur pratique amoureuse. Loin de se contenter d'un regard, ces agents et inspecteurs endossent alors un rôle de régulateur, n'hésitant pas à sanctionner les actes qu'ils estiment répréhensibles.

Cet ouvrage s'intéresse ainsi au contrôle policier des sexualités masculines à Paris dans l'entre-deux-guerres. Il montre comment certaines rencontres entre hommes, tant dans l'espace public que dans certains lieux privés, font l'objet d'enquêtes et d'opérations quotidiennes de la part de la police des moeurs. Ce contrôle tend à se renforcer de 1919 à 1940, et cible de plus en plus précisément "l'homosexualité" comme phénomène à endiguer. À travers l'interaction policière, ce sont les catégories sociales de perception des sexualités marginales ainsi que leur usage par l'institution policière qui sont interrogés.

Cultural Studies, Sexualités First Edition Softcover 216 pages Texts in French   New       EUR 22 ORDER

Guy Hocquenghem, RACE D'EP ! Un siècle d'images de l'homosexualité, Éditions la Tempête, 2018

« Je descendais une rue perdue, dans un quartier périphérique, à la recherche d’une pissotière mal famée. Sous un pont, deux loubards attendaient, adossés à leurs motos. Et quand je suis passé, ils m’ont crié, pas méchamment : « Race D’Ep ! » Comme j’étais ivre, il m’a fallu quelque temps pour comprendre. Les invertis ne parlent pas verlan. Race d’Ep, pour pédéraste. Un instant, j’avais senti flotter l’ombre d’une autre race. Ce cri, je l’avais moins senti comme une insulte que comme l’évidence résumée de mon appartenance à un autre monde, à une autre Histoire. Une histoire pas si vieille : née il y a un siècle, et dont les débuts pourraient encore être contés par des vivants. Naissance d’une nouvelle identité, devenue en cent ans une quasi-nature. Ils apparaissent un peu avant le tournant du XXe siècle, mutants des arts de l’image et des sciences médicales, se découvrant peu à peu à travers leurs représentations comme une espèce particulière. Entre les guerres, dans les convulsions de l’Allemagne pré-concentrationnaire, ils prolifèrent comme du chiendent, construisant leur propre destin jusqu’à former une nouvelle définition de l’être humain, un peuple dispersé. Un peuple sans mémoire, oublieux aussitôt des expériences vécues et des exterminations. Une conscience d’être autre qui n’est pas éternelle, mais n’est pas née non plus dans la Libération américaine des années soixante, qui a eu il y a un demi-siècle son âge d’or, continent perdu effacé par le bain de sang totalitaire. »

C’est cette histoire inconnue que ce livre, écrit en 1979, veut rendre visible au travers des images qu’elle a créées. La Race d’Ep.

Fiction, Sexualités Bootleg Softcover 128 pages Texts in English   New       EUR 15 ORDER

Guillaume Dustan, In My Room, 2017

In My Room is a high-velocity trawl through the night clubs of Paris. A scandalous success when first published in French in 1996, the book features a narrator whose wants are to fuck, be fucked, listen to house music and visit London. 'Let the Good Times roll' is the motto of this ecstatic celebration of a way of life unaffected by the demands of safe sex and political correctness.

Facsimile of the original edition, published in 1998.

Sexualités, Criticism/Theory First Edition Softcover 320 pages 22 x 14 cm Texts in French   New       EUR 20 ORDER

Elisabeth Lebovici, Ce que le sida m’a fait. Art et activisme à la fin du XXe siècle, JRP|Ringier, 2017

L'historienne et critique d'art revisite, avec sa mémoire de témoin, les liens entre art et activisme durant les « années sida » en France et aux États-Unis. Composé de textes monographiques, d'entretiens et d'essais thématiques, cet ouvrage rédigé à la première personne rend compte d'une créativité artistique et activiste née de l'urgence de vivre et du combat pour la reconnaissance de tous·tes.

Restituer la parole des ami·e·s de lutte, articuler les « je » et « nous » d'alors et d'aujourd'hui, faire retour sur des faits et affects peu connus du public français, analyser l'« épidémie de la représentation » consécutif à l'apparition du sida : telle est l'entreprise de cet ouvrage, conçu par Elisabeth Lebovici comme un véritable « discours de la méthode » où, toujours, le personnel est politique, le public et le privé s'intriquent. Engagée aux côtés des activistes français et américains de la lutte contre le sida, observatrice privilégiée, en tant qu'historienne de l'art et journaliste, des débats et enjeux des années 1980 et 1990, l'auteure analyse ce moment charnière des liens entre art et activisme, qu'elle revisite avec sa mémoire de témoin, en survivante affectée.

Ce volume propose ainsi, dans un va-et-vient constant entre les États-Unis et la France, une cosmologie élective : ACT UP, les « arbres téléphoniques », Richard Baquié, Gregg Bordowitz, Alain Buffard, Douglas Crimp, les « enterrements politiques », General Idea, Nan Goldin, Félix González-Torres, Gran Fury, L'Hiver de l'amour, Roni Horn, Eve Kosofsky Sedgwick, Zoe Leonard, Mark Morrisroe, William Ollander, le « Patchwork de noms », The Real Estate Show, Lionel Soukaz, Philippe Thomas, Georges Tony Stoll, Paul Vecchiali, David Wojnarowicz, Dana Wyse, les zaps, etc.

Sexualités, Fiction Second Edition Soft cover, perfect binding 300 pages Texts in English   New       EUR 32 ORDER

François Peraldi, Polysexuality (Semiotext(e) #10), Semiotext(e), 1995

Originally conceived as a special Semiotext(e) issue on homosexuality at the end of the 70s, “Polysexuality” quickly evolved into a more complex and iconoclastic project whose intent was to do away with recognized genders altogether, considered far too limitative. The project landed somewhere between humor, anarchy, science-fiction, utopia and apocalypse. In the few years that it took to put it together, it also evolved from a joyous schizo concept to a darker, neo-Lacanian elaboration on the impossibility of sexuality. The tension between the two, occasionally perceptible, is the theoretical subtext of the issue. Upping the ante on gender distinctions, “Polysexuality” started by blowing wide open all sexual classifications, inventing unheard-of categories, regrouping singular features into often original configurations, like Corporate Sex, Alimentary Sex, Soft or Violent Sex, Discursive Sex, Self- Sex, Animal Sex, Child Sex, Morbid Sex, or Sex of the Gaze. Mixing documents, interviews, fiction, theory, poetry, psychiatry and anthropology, “Polysexuality” became the encyclopedia sexualis of a continent that is still emerging. What it displayed in all its forms could be called, broadly speaking, the Sexuality of Capital. (Actually the issue being rather hot, it was decided to cool it off somewhat by only using “capitals” throughout the issue. It was also the first issue for which we used the computer).
 
Includes work by Alain Robbe-Grillet, Félix Guattari, Paul Verlaine, William S.Burroughs, Georges Bataille, Pierre Klossowski, Roland Barthes, Paul Virilio, Peter Lamborn Wilson, and more.


 

Sexualités First Edition Soft cover, perfect binding 316 pages 24 x 17 cm Texts in French / English   New       EUR 20 ORDER

Fabrice Stroun, Lionel Bovier, AIDS RIOT NEW YORK 1987–1994: Artist Collectives Against AIDS, Magasin, 2003

The rise of AIDS in New York during the '80s caused and unprecedented social crisis. Catastrophic management of the epidemic by public authorities and the media magnified the scale of the tragedy. In reaction to the stigmatization and discrimination of the groups affected by the disease, strategies of resistance sprung out from various levels of civic society. AIDS RIOT focuses of a series of collective responses originating from the field of contemporary art. From the appropriation of advertising campains by Gran Fury to the virus-like circulation of General Idea's AIDS logo, and from Group Material's pedagogical exhibitions to the 'guerilla' videos by Testing the Limits, artist collectives reestablished the proactive role of art – as a vector for social change – and profoundly changed the shape of cultural activism. AIDS RIOT concentrates on the period from 1987 to 1994, when questions of efficient methods and modes of addresses were debated with an unprecedented clarity. 
This publication gathers a selection of texts and documents central to the debates of the era, notably by Douglas Crimp, David Deitcher, General Idea, Gran Fury, Group Material, as well as new interviews with Julie Ault, Gregg Bordowitz, AA Bronson, Donald Moffett and Marlene McCarty.
The positions highlighted in AIDS RIOT question the forumula for a successful articulation of theory and practice from and within a given cultural scene. In a time of growing estheticization of the political and increasing nostalgia for social commitment, this anthology points towards the kinds of discourses and relation to power and dominant representations cultural practices should develop in order to be truly active today.

AIDS RIOT is a research project conceived and edited by the 12th Session of the École du Magasin, Curatorial Studies Program of the Centre National d'Art Contemporain de Grenoble: Caroline Engel, Nicolas Fenouillat, Aurélie Guitton, Benedetta di Loreto, Flora Loyau, Ivana Mestrov and Ana Olszewska, supervised by Lionel Bovier and Fabrice Stroun.

Sexualités Softcover 301 pages Texts in English   New       EUR 29 out of stock

Douglas Crimp, Melancholia and Moralism: Essays on AIDS and Queer Politics, MIT Press, 2004

In Melancholia and Moralism, Crimp confronts the conservative gay politics that replaced the radical AIDS activism of the late 1980s and early 1990s. He shows that the cumulative losses from AIDS, including the waning of militant response, have resulted in melancholia as Freud defined it: gay men's dangerous identification with the moralistic repudiation of homosexuality by the wider society.

With the 1993 march on Washington for lesbian and gay rights, it became clear that AIDS no longer determined the agenda of gay politics; it had been displaced by traditional right issues such as gay marriage and the right to serve in the military. Journalist Andrew Sullivan, notorious for pronouncing the AIDS epidemic over, even claimed that once those few rights had been won, the gay rights movement would no longer have a reason to exist. 

Crimp challenges such complacency, arguing that not only is the AIDS epidemic far from over, but its determining role in queer politics has never been greater.

Your cart contains 0 item. Check out here.
Item added to cart.