Criticism/Theory First Edition Paperback 298 pages 19 x 12 cm Texts in French   New       EUR 16 ORDER

Isabelle Stengers, Philippe Pignarre, La sorcellerie capitaliste. Pratiques de désenvoûtement, La Découverte, 2011

C’est entendu : il existe une horreur économique. Mais la dénoncer ne suffit pas : si la dénonciation était efficace, il y a longtemps que le capitalisme aurait disparu… Les auteurs appellent « capitalisme » ce système qui nous saisit à travers des alternatives infernales, du type : « Si vous demandez des droits supplémentaires, une augmentation de salaire, vous favorisez les délocalisations et le chômage. » Comment ne pas être paralysé ? D’autres peuples ont appelé cela un système sorcier. Et si ce n’était pas une métaphore ? Et si c’était même le meilleur nom que l’on pouvait donner à la prise que le capitalisme exerce sur nous, nous aidant, du coup, à réfléchir aux manières dont nous pouvons avoir prise sur lui ? Pourquoi avons-nous été si vulnérables à un tel système ? Comment se protéger ? Certaines idées de gauche, et d’abord la croyance dans le « progrès », n’auraient-elles pas donné au capitalisme le moyen de nous rendre impuissants ? Ce livre s’adresse à celles et ceux qui refusent la résignation. Il affirme l’importance politique de l’action de collectifs capables de créer de nouvelles manières de résister à ce que nous subissons, et la nécessité d’une culture d’apprentissage et de relais, car nous avons besoin des savoirs que produit et demande la construction de tels collectifs. C’est par la question pragmatique « comment faire prise » que les auteurs prolongent le cri lancé à Seattle : « Un autre monde est possible ! »

Criticism/Theory First Edition Softcover 341 pages 21 x 15 cm Texts in French   New       EUR 29 ORDER

Isabelle Stengers, Didier Debaise, Gestes spéculatifs, Les presses du réel, 2015

La pensée spéculative trouve aujourd'hui une nouvelle actualité. Ce renouveau est indissociable de la mise en crise généralisée des modes de pensée qui, d'une manière ou d'une autre, devaient leur autorité à une référence au progrès, à la rationalité, à l'universalité. Mise en crise redoutable, car on ne s'écarte pas sans danger de ce qui a servi de boussole à la pensée euro-américaine depuis qu'il est question de modernité. Mise en crise nécessaire, car ces modes de pensées sont sourds à la nouveauté effective de notre époque, à la manière dont la mission de la modernisation à laquelle ils adhéraient vire au cauchemar d'un enchevêtrement de ravages et d'impuissances.
La pensée speculative est trop souvent définie comme purement théorique, abusivement abstraite, ou relevant tout simplement d'un imaginaire déconnecté de toute prise sur le réel. Parler de "gestes spéculatifs", c'est au contraire mettre la pensée sous le signe d'un engagement par et pour des possibles qu'il s'agit d'activer, de rendre perceptibles dans le présent.

Avec des textes de Fleur Courtois-l'Heureux, Didier Debaise, Vinciane Despret, Thierry Drumm, Emilie Hache, Donna J. Haraway, David Jamar, Claude de Jonckheere, Maryam Kolly, Bruno Latour, Pierre Montebello, Tobie Nathan, Nicolas Prignot, Camille Riquier, Alice Rivières, Isabelle Stengers, Lucienne Strivay, Marcelle Stroobants, Katrin Solhdju, Fabrizio Terranova, Graziella Vella, Benedikte Zitouni. Sous la direction d'Isabelle Stengers et Didier Debaise.

Your cart contains 0 item. Check out here.
Item added to cart.