Fiction, Poetry First ed. of 250 copies Softcover 168 pages Texts in English   New       EUR 26 ORDER

(Colette Thomas) René, The Testament of the dead Daughter, Vauxhall&Company, 2014

Colette Thomas, one of Antonin Artaud’s “daughters of the heart” flashed briefly before an unsuspecting Parisian literary world after the war... then vanished. The book she published in 1954, under the pseudonym René, comprised letters to Antonin Artaud, accounts of her own early incarceration and suffering, along with tales wrenched from her tortured being. Despite some attention and knowledge of her book there has been no new French edition of Le Testament de la Fille morte.

Translated by Catherine Petit & Paul Buck 

Fiction, Criticism/Theory First Edition Softcover 20 x 11 cm Texts in French   New       EUR 20 ORDER

Sylvère Lotringer, Fous d'Artaud, Sens&Tonka, 2003

Les fous d’Artaud sont-ils aussi fous que lui ? La folie, comme la peste, est contagieuse et tous, psychiatres, disciples, famille, critiques, tous ceux qu’Artaud a approchés, ou qui ont approché Artaud, semblent participer de son délire. Cet ouvrage le montre de diverses manières, la plus saisissante étant sans doute ce qu’Artaud avait nommé un "drame mental" – une confrontation avec les témoins ou «persécuteurs» du poète où se démasque à vif le délire propre à chacun d’eux, et celui de l’auteur lui-même.
Ce livre n’entend pas apporter une strate supplémentaire aux débats qui ont fait rage depuis la mort du poète maudit, ni prendre parti entre les différents camps qui se disputent encore la dépouille d’Artaud ; il parle du lieu où se "travaille" la folie.
Dans un travail commencé depuis plus de vingt ans (Antonin Artaud, New York, Scribner’s Son, 1983), Lotringer a interviewé les deux médecins de Rodez qui ont soumis le patient Antonin Artaud aux électrochocs : le directeur de l’hôpital psychiatrique, Gaston Ferdière, et son interne, Jacques Latrémolière.
Enfin, la si contestée – par la famille d’Artaud – Paule Thévenin livre l’identité du fameux 'Dr J. L.' violemment pris à parti par Artaud dans son Van Gogh, le suicidé de la société.

Your cart contains 0 item. Check out here.
Item added to cart.