Criticism/Theory First Edition Softcover 341 pages 21 x 15 cm Texts in French   New       EUR 29 ORDER

Isabelle Stengers, Didier Debaise, Gestes spéculatifs, Les presses du réel, 2015

La pensée spéculative trouve aujourd'hui une nouvelle actualité. Ce renouveau est indissociable de la mise en crise généralisée des modes de pensée qui, d'une manière ou d'une autre, devaient leur autorité à une référence au progrès, à la rationalité, à l'universalité. Mise en crise redoutable, car on ne s'écarte pas sans danger de ce qui a servi de boussole à la pensée euro-américaine depuis qu'il est question de modernité. Mise en crise nécessaire, car ces modes de pensées sont sourds à la nouveauté effective de notre époque, à la manière dont la mission de la modernisation à laquelle ils adhéraient vire au cauchemar d'un enchevêtrement de ravages et d'impuissances.
La pensée speculative est trop souvent définie comme purement théorique, abusivement abstraite, ou relevant tout simplement d'un imaginaire déconnecté de toute prise sur le réel. Parler de "gestes spéculatifs", c'est au contraire mettre la pensée sous le signe d'un engagement par et pour des possibles qu'il s'agit d'activer, de rendre perceptibles dans le présent.

Avec des textes de Fleur Courtois-l'Heureux, Didier Debaise, Vinciane Despret, Thierry Drumm, Emilie Hache, Donna J. Haraway, David Jamar, Claude de Jonckheere, Maryam Kolly, Bruno Latour, Pierre Montebello, Tobie Nathan, Nicolas Prignot, Camille Riquier, Alice Rivières, Isabelle Stengers, Lucienne Strivay, Marcelle Stroobants, Katrin Solhdju, Fabrizio Terranova, Graziella Vella, Benedikte Zitouni. Sous la direction d'Isabelle Stengers et Didier Debaise.

Criticism/Theory Paperback 364 pages 20 x 13 cm Texts in French   New       EUR 28 out of stock

Émilie Hache (ed.), De l'univers clos au monde infini, Editions Dehors, 2014

Le geste de la modernité – viser la maîtrise non seulement de l’ensemble des formes naturelles mais également du monde comme totalité – est aujourd’hui invalidé par les conséquences qui en découlent, et que nous rassemblons sous le nom de « changement climatique global ». À cette transformation, à toutes les échelles, des conditions de vie sur Terre, appelée aujourd’hui « Anthropocène », correspond un renouvellement de l’idée formulée depuis longtemps par les écologistes, selon laquelle nous sommes tenus par les limites de notre planète. Plutôt qu’à la multiplication des performances techniques que suppose une hypothétique conquête de l’espace, répétant sur un autre mode nos rêves de prédation, c’est à un « retour sur Terre » que la crise environnementale nous confronte ; à une culture, aventureuse et responsable, des rapports à créer avec l’intrication infinie des êtres qui la peuplent. Cet ouvrage rassemble six essais, inédits en français, de philosophes, historien-ne-s, anthropologues et sociologues qui ont tou-te-s contribué ces dernières années à la prise en compte des enjeux écologiques dans les sciences humaines.

Textes de Bruno Latour, Christophe Bonneuil et Pierre de Jouvancourt, Dipesh Chakrabarty, Isabelle Stengers, Giovanna di Chiro, Déborah Danowski et Eduardo Viveiros de Castro.

Your cart contains 0 item. Check out here.
Item added to cart.