Artist's book, Monograph First Edition Hardcover 236 pages 23 x 17 cm Texts in Deutsch   Very good condition
covered with semi-transparent paper
      EUR 70 out of stock

Hanne Darboven, Evolution Leibniz 1986, Cantz Verlag, 1996

This book was published on the occasion of the eponymous exhibition at Sprengel Museum Hannover, between June 6 and October 20, 1996.

Ce livre provient de la collection de Pascal Doury. Plus d'infos ici.
 

 

Artist's book, Monograph First Edition Softcover Texts in French / English   Very good condition
covered with semi-transparent paper
      EUR 110 ORDER

Hanne Darboven, El Lissitzky Kunst und pangeometrie, Daled, Hossmann, Yves Gevaert, 1973

This book was published on the occasion of Darboven's exhibition organized by Société des Expositions at Palais des Beaux-Arts, Bruxelles.

Ce livre provient de la collection de Pascal Doury. Plus d'infos ici.

 

 

Monograph First Edition Softcover 160 pages Texts in Deutsch   Very good condition
covered with semi-transparent paper
      EUR 65 out of stock

Eva Keller, Hanne Darboven, Kunsthalle Basel, 1991

This book was published on the occasion of the artist's exhibition at Kunsthalle Basel, June 9 to July 28, 1991. Contains a text by Eva Keller.

Ce livre provient de la collection de Pascal Doury. Plus d'infos ici.
 

 

Periodical Softcover Texts in English   New       EUR 25 ORDER

Vestoj #05: On Slowness, Vestoj Journal, 2015

(...) The speed of change is a growing complaint about fashion, both amongst those whose livelihoods depend on it, and amongst those who observe these ceaseless shifts from afar. Grumbles about a ubiqui­tous acceleration are nothing new however; in fact, the grievance we appear to harbour against velocity is as old as modernity itself. Back then the machines that increasingly replaced the human hand aroused fear and trepidation; today our attitudes reflect much the same ambivalence towards the revolutions of time. It seems we always regard our own time as simultaneously the most progressive and the most relentlessly accelerated. The modernist project, however, firmly rooted the relationship between progress and speed, and in so doing also forever altered our notion of time. A universal temporal framework, with time zones, seasonal changes and accurate clocks, was constructed with the help of new technology, and the previous more subjective understanding of time had to make way for expedience and the hustle of modern life. With a more synchronised understanding of time, the future also became easier to grasp and, by extension, to control. For a future that can be measured in terms of the knowable present, is a malle­able future, a future that can be shaped according to our will. (...)

With texts by: Dr Michelle Bastian, Laura Gardner, Dr Susan S. Bean, Dr Donald B. Kraybill, Nathalie Khan, Karinna Nobbs, Professor Barbara Vinken, Karlijn Slegers, Yoshiko Iwamoto Wada, Nilgin Yusuf, Professor Frances Corner, Dr John Barker, Anja Aronowsky Cronberg and Maria Fusco.

Last copies !!

Artist's book Edition of 200 Softcover 28 x 21 cm Texts in no text   New       EUR 20 ORDER

Mathis Gasser, Zeiram, self-published, 2017

A book project by Mathis Gasser in collaboration with 53 Beck Road.

With contributions by Cedric Eisenring, Chihiro Matsumura, Mary Hurrell, Kim Seob Boninsegni, Bryan Dooley, Joshua Sex and Sanja Todorovic, Johnny Bunting, Christian Camacho, Will Sheridan JR, Richard Sides and Angharad Williams, Lando, Steve Bishop, Sven Sachsalber, Peter Bunting, Rolf Winnewisser, Marta Riniker-Radich, Viktor Timpfeev, Miriam Laura Leonardi, Stathis Tsemberlidis, Lola Bunting, Julia Hayes, Timothée Calame and Alan Schmalz, Lawrence Leaman, Anon, Ilse Weber, Marius Margot, Catherine Österberg and Jacques Rogers, Yuichi Yokoyama.

Artist's book First Edition Staple-bound 20 pages 19 x 13 cm Texts in English   Very good condition       EUR 29 out of stock

Stephen Willats, Stairwell, Coracle Press, 1990

Artist's book, made from a walk at night down the stairwell of the building 'Homecourt' in the Highfields Estate, Feltham, West London. The black-&-white photographs are grouped in pairs (i.e. recording the view up and down the stairs at any one point); the brief text is a transcription of whatever came on tape during the course of the walk. The pages are numbered in reverse order, to correspond with the floors, (walking downwards).

Criticism/Theory First Edition Staple-bound 32 pages Texts in English / Deutsch   New       EUR 9 ORDER

Silvia Federici, Witch-Hunting, Past and Present, and the Fear of Power of Women, Hatje Cantz, 2012

Small booklet published on the occasion of documenta(13) in Kassel, in the collection 100 Notes – 100 Thoughts / 100 Notizen – 100 Gedanken, edited by Bettina Funcke.

Criticism/Theory Paperback 149 pages Texts in French   New       EUR 22 ORDER

Marc Augé, Non-Lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, SEUIL, 1992

Après La Traversée du Luxembourg, Un ethnologue dans le métro et Domaines et châteaux, Marc Augé poursuit son anthropologie du quotidien en explorant les non-lieux, ces espaces d’anonymat qui accueillent chaque jour des individus plus nombreux. Les non-lieux, ce sont aussi bien les installations nécessaires à la circulation accélérée des personnes et des biens (voies rapides, échangeurs, gare, aéroports) que les moyens de transport eux-mêmes (voitures trains, trains ou avions). Mais également les grandes chaînes hôtelières aux chambres interchangeables, les supermarchés ou encore, différemment, les camps de transit prolongé où sont parqués les réfugiés de la planète. Le non-lieu est donc tout le contraire d’une demeure, d’une résidence, d’un lieu au sens commun du terme. Seul, mais semblable aux autres, l’utilisateur du non-lieu entretient avec celui-ci une relation contractuelle symbolisée par le billet de train ou d’avion, la carte présentée au péage ou même au chariot poussé dans les travées d’une grande surface. Dans ces non-lieux, on ne conquiert son anonymat qu’en fournissant la preuve de son identité – passeport, carte de crédit, chèque ou tout autre permis qui en autorise l’accès.

Attentif à l’usage des mots, relisant les lieux décrits par Châteaubriand, Baudelaire ou les « passages » parisiens de Walter Benjamin, l’ethnologue remarque que l’on peut se croiser à un carrefour alors que l’échangeur interdit toute rencontre. Si le voyageur flâne en chemin ou s’égare sur une route de traverse, le passager qui prend le TGV ou l’avion est déterminé par sa destination. Aujourd’hui, les repères de l’identité et le statut de l’histoire changent en même temps que l’organisation de l’espace terrestre. Dans ce livre, Marc Augé ouvre de nouvelles perspectives en proposant une anthropologie de la surmodernité qui nous introduit à ce que pourrait être une ethnologie de la solitude.

Criticism/Theory Softcover 135 pages Texts in French   New       EUR 23 ORDER

Henri Lefebvre, Le droit à la ville, Economica, 2009

L'urbain manifeste aujourd'hui son énormité, déconcertante pour la réflexion, l'action et même l'imagination. Sens et fin de l'industrialisation, la société urbaine se forme en se cherchant et oblige à reconsidérer la philosophie, l'art et la science qui ne peuvent éviter la confrontation avec cet objet nouveau. Ce qui oblige à concevoir une stratégie de la connaissance, inséparable de la stratégie politique. Selon quel axe penser cette stratégie du savoir ? Vers l'entrée en pratique d'un droit : le droit à la ville, à la vie urbaine, condition d'un humanisme et d'une démocratie renouvelés. 

Criticism/Theory Softcover 96 pages Texts in French   New       EUR 19 ORDER

David Harvey, Le capitalisme contre le droit à la ville. Néoliberalisme, urbanisation, résistances, Éditions Amsterdam, 2011

Que peut bien vouloir dire « droit à la ville » ? Cette interrogation est indissociable d’une multitude d’autres questions. Quelle ville voulons-nous ? Quel genre de personnes voulons-nous être ? À quelles relations sociales aspirons-nous ? Quelle vie quotidienne trouvons-nous désirable ? Quelles valeurs esthétiques défendons-nous ? Quel rapport à la nature souhaitons-nous promouvoir ? Quelles technologies jugeons-nous appropriées ? Le droit à la ville ne se réduit ainsi pas à un droit d’accès individuel aux ressources incarnées par la ville : c’est un droit à nous changer nous-mêmes en changeant la ville de façon à la rendre plus conforme à nos désirs les plus fondamentaux. C’est aussi un droit plus collectif qu’individuel, puisque, pour changer la ville, il faut nécessairement exercer un pouvoir collectif sur les processus d’urbanisation. Il importe dans cette perspective de décrire et d’analyser la manière dont, au cours de l’histoire, nous avons été façonnés et refaçonnés par un processus d’urbanisation toujours plus effréné et étendu, animé par de puissantes forces sociales et ponctué de violentes phases de restructurations urbaines par « destruction créative », ainsi que par les résistances et les révoltes que ces restructurations suscitaient. On saisira alors toute l’actualité de la thèse d’Henri Lefebvre : le processus urbain étant essentiel à la survie du capitalisme, le droit à la ville, autrement dit le contrôle collectif de l’emploi des surplus dans les processus d’urbanisation, doit devenir l’un des principaux points de focalisation des luttes politiques et de la lutte des classes. (Cet essai est une version développée et enrichie d’un article publié dans La Revue Internationale des Livres et des Idées n° 9, janvier-février 2009.)

Criticism/Theory Softcover 18 pages Texts in French   New       EUR 18 ORDER

René Schoonbrodt, Essai sur la destruction des villes et des campagnes, Pierre Mardaga, 1987

L'opinion publique explique assez spontanément la destruction du patrimoine bâti des villes et des villages par l'incompétence et le manque de goût des architectes ou encore par le laxisme sinon la corruption des responsables politiques et des fonctionnaires. (...)

Ce livre est un essai de compréhension plus globale des mécanismes réels de la production actuelle de la ville, de la campagne, des villages. (...)

La thèse centrale de l'ouvrage est que les modes de planification ont pour conséquence, et peut-être pour but, de sortir la problématique de l'aménagement de l'espace du champ politique. Cette volonté de mettre 'hors conflit' ce qui touche à la vie quotidienne et l'avenir de millions de personnes a trouvé dans le fonctionnalisme une théorie suffisamment acceptable pour justifier les pratiques de séparation des groupes sociaux et de leurs activités. (...)

Reconstruire la ville, lieu de coexistence des différences, lieu de plaisir, lieu de liberté et lieu d'accès à l'égalité, exige de s'inspirer de la tradition architecturale et de l'art traditionnel de bâtir les villes.


(extrait du quatrième de couverture)
 

Criticism/Theory Softcover 368 pages 21 x 12 cm Texts in French   New       EUR 33 ORDER

Dan Georgakas, Marvin Surkin, Detroit : pas d'accord pour crever. Une révolution urbaine, Agone, 2015

Classique de l’histoire sociale et politique américaine, Detroit : pas d’accord pour crever revient sur les luttes que mena dans les années 1970, au sein des usines automobiles de « Murder City », la Ligue des travailleurs noirs révolutionnaires. Accordant une place de premier plan aux témoignages des acteurs de ce mouvement, il met crûment en lumière la réalité des conditions de travail à la chaîne, la corruption des appareils syndicaux, le racisme quotidien de la société américaine, mais aussi le développement à la base de luttes pour la justice sociale.

Si Detroit incarne aujourd’hui la faillite absolue du capitalisme industriel et l’abandon de toute une population par les élites politiques et économiques, les auteurs de ce livres invitent à considérer son histoire comme un modèle réduit de ce qui menace l’ensemble de la société américaine, voire des pays industrialisés – mais aussi un lieu où pourrait s’expérimenter une société plus juste et solidaire.

Criticism/Theory Softcover 45 pages Texts in French   New       EUR 5 ORDER

Collectif Mauvaise Troupe, Défendre la ZAD, L'éclat, 2016

À l’automne 2015, le gouvernement a annoncé que démarreraient au plus vite les travaux de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Il a martelé sa volonté d’expulser la zad de l’ensemble de ceux qui l’habitent et la cultive. Avec les efforts conjugués des tractopelles de Vinci et des grenades de la gendarmerie, il entend tenter, une fois encore, « dès que possible », de venir à bout de tout ce qui pousse et vit dans ce bocage.

C’est pourquoi nous avons voulu dès que possible faire paraître ce petit livre, éclaireur et annonciateur d’un livre à venir, pour appeler partout à défendre la zad et, à travers elle, tout l’espoir contagieux qu’elle contient dans une époque plombée.
La conviction qu’il est possible d’arrêter les projets destructeurs de ceux qui prétendent nous gouverner et de se libérer du joug de l’économie. L’aspiration à inventer ici et maintenant d’autres manières d’habiter le monde, pleines et partageuses. Cet espoir s’ancre dans une histoire commune, riche des élans de dizaines de milliers d’insoumis et de liens indéfectibles soudés par le temps. Cette brève nouvelle politique invoque quelques fragments décisifs de cette aventure, comme autant de conjurations face à la menace et de repères éclatants pour l’avenir.

Source Book Second Edition Staple-bound 50 pages Texts in English   New       EUR 10 ORDER

Annwen, Herbal Abortion, Godhaven Ink, 2002

Since before recorded history women have been able to control their own fertility using plants. Whether it be for increasing the chances of conceiving, contraception, abortion or starting delayed periods, women have known how to listen to their bodies and affect them. It’s only fairly recently that we’ve given over all knowledge of our bodies to medical professionals.

Criticism/Theory Softcover 121 pages Texts in French   New       EUR 25 ORDER

Barbara Ehrenreich, Deirdre English, Sorcières, sages-femmes & infirmières. Une histoirE des femmes soignantes, Cambourakis, 2015

Engagées dans le Mouvement pour la santé des femmes dans les années 1970, Barbara Ehrenreich et Deirdre English enquêtent sur les racines historiques de la professionnalisation du corps médical. Portant un regard féministe sur les chasses aux sorcières en Europe et la suppression de la profession de sage-femme aux Etats-Unis, elles s'interrogent: et si, derrière ces événements, se cachait une véritable monopolisation politique et économique de la médecine par les hommes de la classe dominante, reléguant peu à peu les femmes à la fonction subalterne d'infirmière docile et maternelle? Depuis sa parution aux Etats-Unis en 1973, cet essai concis et incisif a ouvert la voie à de nombreux travaux de recherche et prises de conscience. Cette traduction s'ouvre sur une préface inédite des deux auteures.

traduit par L. Lame

postface d'Anna Colin

Criticism/Theory Softcover 372 pages Texts in French   New       EUR 26 ORDER

Katharine Park, Secrets de femmes. Le genre, la génération et les origines de la dissection humaine, 2009

Une histoire des origines de la dissection humaine à partir des représentations sociales du corps et de la sexualité de la femme depuis le Moyen Âge, au-delà de la simple histoire de l'anatomie académique et du « tabou » historiographique autour de l'interdit religieux ou de la croyance païenne.

À l'aube de la Renaissance, auteurs médicaux et philosophes font preuve d'un intérêt grandissant pour les « secrets de femmes », un savoir touchant à la sexualité féminine et aux choses de la génération. Dans le même temps, médecins et chirurgiens italiens se mettent à ouvrir des corps humains pour en étudier les fonctions et dysfonctions, avec pour étape culminante la publication en 1543 du traité d'anatomie d'André Vésale, le De corporis humani fabrica, célèbre notamment pour son frontispice et ses illustrations. Katharine Park étudie la conjonction de ces deux phénomènes entre la fin du XIIIe siècle et le milieu du XVIe siècle à travers une série d'études de cas impliquant une abbesse, une vierge lactante, plusieurs patriciennes et une criminelle exécutée, qui toutes eurent en commun d'être disséquées après leur mort.


En mettant la dissection académique en perspective avec des pratiques plus anciennes d'ouverture de cadavres (telles l'éviscération comme procédure d'embaumement des cadavres de saints, la sectio in mortua encouragée par l'Église dans le cadre du baptême des âmes des enfants, ou encore l'autopsie légale), cet ouvrage déconstruit le mythe selon lequel l'interdit religieux aurait entravé la pratique des dissections humaines dans l'Italie du Moyen Âge et de la Renaissance, et montre que le corps féminin, réel ou imaginé, a joué un rôle central à cette période dans l'histoire de l'anatomie. Les cadavres ouverts de saintes femmes révélaient des objets pieux ; ceux de mères patriciennes livraient des informations cruciales sur la formation du fœtus ; et l'utérus devenait, comme organe de la génération, l'un des objets privilégiés de la science anatomique. Ce faisant, les « secrets de femmes » en vinrent à symboliser dans l'esprit des auteurs masculins les plus grands défis posés par le corps humain, que la dissection promettait de relever

Edité par Alexandre Laumonier et Stéphanie Dubois.
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Hélène Quiniou (titre original : Secrets of Women. Gender, Generation and the Origins of Human Dissection, Zone Books, 2006).

Criticism/Theory First Edition Paperback 298 pages 19 x 12 cm Texts in French   New       EUR 16 ORDER

Isabelle Stengers, Philippe Pignarre, La sorcellerie capitaliste. Pratiques de désenvoûtement, La Découverte, 2011

C’est entendu : il existe une horreur économique. Mais la dénoncer ne suffit pas : si la dénonciation était efficace, il y a longtemps que le capitalisme aurait disparu… Les auteurs appellent « capitalisme » ce système qui nous saisit à travers des alternatives infernales, du type : « Si vous demandez des droits supplémentaires, une augmentation de salaire, vous favorisez les délocalisations et le chômage. » Comment ne pas être paralysé ? D’autres peuples ont appelé cela un système sorcier. Et si ce n’était pas une métaphore ? Et si c’était même le meilleur nom que l’on pouvait donner à la prise que le capitalisme exerce sur nous, nous aidant, du coup, à réfléchir aux manières dont nous pouvons avoir prise sur lui ? Pourquoi avons-nous été si vulnérables à un tel système ? Comment se protéger ? Certaines idées de gauche, et d’abord la croyance dans le « progrès », n’auraient-elles pas donné au capitalisme le moyen de nous rendre impuissants ? Ce livre s’adresse à celles et ceux qui refusent la résignation. Il affirme l’importance politique de l’action de collectifs capables de créer de nouvelles manières de résister à ce que nous subissons, et la nécessité d’une culture d’apprentissage et de relais, car nous avons besoin des savoirs que produit et demande la construction de tels collectifs. C’est par la question pragmatique « comment faire prise » que les auteurs prolongent le cri lancé à Seattle : « Un autre monde est possible ! »

Criticism/Theory Second Edition Softcover 304 pages Texts in French   New       EUR 34 ORDER

Pierre Lieutaghi, La plante compagne. Pratique et imaginaire de la flore sauvage en Europe occidentale, Actes Sud, 1998

Essai en forme de petites histoires plus sociales que naturelles, La Plante compagne propose quelques pistes pour une écoute attentive de la mémoire des herbes et des arbres qui rencontraient les hommes. Son propos est aussi de servir d’initiation à une ethnobotanique familière : ce qui s’est passé au cours des temps dans la mise en œuvre et en pensée de nos plantes les plus communes ; ce que nous devons toujours à cet échange fondateur ; ce qu’il fallait déraciner pour échapper à la fatalité des fables ; ce qu’il fallait accueillir du symbole pour mieux vivre la réalité. Et aussi, à l’évidence, ce qui se constitue toujours sous nos yeux ; car le dialogue entre l’homme et la plante ne sera jamais rompu. Ce livre n’a d’autre ambition que d’aider à sa poursuite, dans la plus grande légèreté possible (mais non dans le silence) de la raison.

Criticism/Theory Softcover 506 pages 20 x 17 cm Texts in French   New       EUR 35.5 ORDER

Pauline Chevalier, Une histoire des espaces alternatifs à New York – De SoHo au South Bronx (1969-1985), Les presses du réel, 2017

Les pratiques artistiques dans les « espaces alternatifs » à New York.

112 Greene Street, The Kitchen, Artists Space, The Clocktower, P.S.1, Franklin Furnace, ou Fashion Moda : ces lieux nés durant la décennie 1970, et parfois toujours en activité, ont laissé une empreinte durable sur la scène artistique new-yorkaise.
« Espaces alternatifs », d'abord installés dans ces quartiers industriels du sud de Manhattan qui deviendront SoHo et TriBeCa, puis dans l'East Village, le Queens, Brooklyn, ou encore le sud du Bronx, ces lieux d'exposition, de création et de sociabilité établis en marge des institutions muséales et des galeries commerciales ont favorisé l'épanouissement de nouvelles pratiques : art processuel, danse postmoderne, art vidéo, performance.

C'est une enquête historique et un parcours géographique que propose l'ouvrage, mettant en lumière l'articulation entre ces pratiques et les phénomènes institutionnels, sociaux, économiques et urbains dont elles ne peuvent être dissociées. Si les installations dans les espaces bruts du 112 Greene Street ou l'exposition inaugurale de P.S.1 révèlent un engouement pour le matériau urbain, c'est aussi la place des artistes dans la ville de New York qui est alors constamment interrogée, depuis la légalisation des premiers lofts jusqu'aux critiques virulentes de la gentrification qui émanent de la communauté artistique elle-même. Alors qu'au début des années 1970 ces lieux alternatifs profitent d'un contexte économique favorable et du soutien d'une nouvelle politique culturelle fédérale et locale, le milieu des années 1980 sonne le glas d'un mouvement. « The Fun is gone » arbore la Fun Gallery à sa fermeture dans l'East Village en 1985. La scène alternative s'essouffle sous la présidence Reagan, non sans avoir nourri sa propre histoire et contribué à la constitution d'une mythologie et d'un héritage dont l'ambivalence persiste aujourd'hui.


Pauline Chevalier est maître de conférences à l'université de Bourgogne – Franche-Comté où elle enseigne l'histoire de l'art et la muséologie. Sa recherche porte sur les convergences entre littérature, danse, sculpture et image en mouvement dans l'art américain depuis les années 1960, et sur les croisements entre espace d'exposition et espace scénique dans l'art contemporain.

Essai Softcover 480 pages 26 x 18 cm Texts in French   New       EUR 41 ORDER

Marc Décimo, Des fous et des hommes avant l’art brut. Suivi de Marcel Réja : L’Art chez les fous – Le dessin, la prose, la poésie, 2017

Un essai introductif sur l'art asilaire, depuis la belle époque jusqu'à la théorisation de l'art brut, suivi d'une réédition critique et augmentée de la célèbre étude de l'aliéniste français du début du XXe siècle Marcel Réja sur la production artistique chez les « fous ».

Quand Jean Dubuffet cristallise l'art brut, André Breton rappelle la gêne croissante qu'avaient les aliénistes à s'accorder autour de l'art des fous. Cette quête – à la fois esthétique et médicale – trouve, autour du Musée de la folie du docteur Marie et du livre-phare de Marcel Réja, une réflexion nouvelle qui vient interroger le sens commun à propos des limites de l'art et de la folie, question qui va hanter le XXe siècle.

Professeur d'histoire de l'art contemporain à Paris-X Nanterre, Régent du Collège de 'Pataphysique (chaire d'Amôriographie littéraire, ethnographique et architecturale), Marc Décimo est linguiste, sémioticien et historien d'art. Il a publié un vingtaine de livres et de nombreux articles sur la sémiolologie du fantastique, sur les fous littéraires (Jean-Pierre Brisset – dont il a édité l'œuvre complète aux Presses du réel –, Paul Tisseyre Ananké) et sur l'art brut, sur Marcel Duchamp (La bibliothèque de Marcel Duchamp, peut-être, Marcel Duchamp mis à nu, Le Duchamp facile, les mémoires de Lydie Fischer Sarazin-Levassor, Marcel Duchamp et l'érotisme) et sur l'histoire et l'épistémologie de la linguistique.

Your cart contains 0 item. Check out here.
Item added to cart.