Criticism/Theory First Edition Softcover 364 pages 20 x 14 cm Texts in English   New       EUR 25 out of stock

Isabelle Graw, The Love of Painting. Genealogy of a Success Medium, Sternberg Press, 2018

Painting seems to have lost its dominant position in the field of the arts. However, looking more closely at exhibited photographs, assemblages, installations, or performances, it is evident how the rhetorics of painting still remain omnipresent. Following the tradition of classical theories of painting based on exchanges with artists, Isabelle Graw’s The Love of Painting considers the art form not as something fixed, but as a visual and discursive material formation with the potential to fascinate owing to its ability to produce the fantasy of liveliness. Thus, painting is not restricted to the limits of its own frame, but possesses a specific potential that is located in its material and physical signs. Its value is grounded in its capacity to both reveal and mystify its conditions of production. Alongside in-depth analyses of the work of artists like Édouard Manet, Jutta Koether, Martin Kippenberger, Jana Euler, and Marcel Broodthaers, the book includes conversations with artists in which Graw’s insights are further discussed and put to the test.

Criticism/Theory Second Edition Paperback 480 pages 21 x 14 cm Texts in French   New       EUR 25 out of stock

Samir Boumediene, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde », 1492–1750, Les éditions des mondes à faire, 2016

Tabac, coca, quinquina, cacao, gaïac, peyotl, poisons, abortifs… De 1492 au milieu du XVIIIe siècle, les Européens s’approprient en Amérique d’innombrables plantes médicinales. Au moyen d’expéditions scientifiques et d’interrogatoires, ils collectent le savoir des Indiens ou des esclaves pour marchander des drogues, et élaborent avec elles les premières politiques de santé. Dans le même temps, inquisiteurs et missionnaires interdisent l’usage rituel de certaines plantes et se confrontent aux résistances des guérisseurs. Botanique, fraudes et sorcellerie : entre les forêts américaines et les cours du Vieux Monde, ce livre raconte l’expansion européenne comme une colonisation du savoir.

Criticism/Theory First Edition Softcover 80 pages Texts in French   New       EUR 11 out of stock

René Daumal, Les limites du langage philosophique, suivi de La guerre sainte, Éditions la Tempête, 2018

« La philosophie est aussi nécessaire à la connaissance que la carte géographique au voyage : la grande erreur, je le répète, est de croire qu’on voyage en regardant une carte » (René Daumal)

Quelle est la vocation réelle de la pensée philosophique ? Son étymologie, « l’amour de la sagesse », nous rappelle qu’elle n’a pas sa fin en elle-même. Comment a-t-elle pu s’égarer au point de devenir pour la modernité un discours séparé de la vie ? A travers l’étude des premiers textes indo-européens, sanskrits et grecs, René Daumal cherche à retrouver l’usage et le sens d’une pensée qui accompagne et nourrisse véritablement l’existence humaine : « c’est d’ici que part notre pensée, c’est ici qu’elle doit revenir ; mais après quels détours ! » Pas d’enseignement doctrinaire, ni de vérité révélée. Le sens des textes n’est pas à chercher en eux-mêmes mais dans le quotidien et le concret qu’il éclaire pour les rejoindre et s’y résoudre. Il faut réveiller la philosophie de sa torpeur institutionnelle !

Anthropocene First Edition Softcover 312 pages Texts in English   New       EUR 32 out of stock

Donna Haraway, Staying with the Trouble. Making Kin in the Chthulucene, Duke Press, 2016

In the midst of spiraling ecological devastation, multispecies feminist theorist Donna J. Haraway offers provocative new ways to reconfigure our relations to the earth and all its inhabitants. She eschews referring to our current epoch as the Anthropocene, preferring to conceptualize it as what she calls the Chthulucene, as it more aptly and fully describes our epoch as one in which the human and nonhuman are inextricably linked in tentacular practices. The Chthulucene, Haraway explains, requires sym-poiesis, or making-with, rather than auto-poiesis, or self-making. Learning to stay with the trouble of living and dying together on a damaged earth will prove more conducive to the kind of thinking that would provide the means to building more livable futures. Theoretically and methodologically driven by the signifier SF—string figures, science fact, science fiction, speculative feminism, speculative fabulation, so far—Staying with the Trouble further cements Haraway's reputation as one of the most daring and original thinkers of our time.

Criticism/Theory First Edition Paperback 360 pages Texts in English   New       EUR 18 out of stock

Coll., What's Love (or Care, Intimacy, Warmth, Affection) Got to Do with It? , Sternberg Press, e-flux journal, 2017

It is often said that we no longer have an addressee for our political demands. But that’s not true. We have each other. What we can no longer get from the state, the party, the union, the boss, we ask for from one another. And we provide. Lacan famously defined love as giving something you don’t have to someone who doesn’t want it. But love is more than a YouTube link or a URL. Love’s joy is not to be found in fulfillment, it is to be found in recognition: even though I can never return what was taken away from you, I may be the only person alive who knows what it is.

In our present times—post-human, post-reality, or maybe pre-internet, post-it, pre-collapse, pre-fabricated by algorithms—what does love have to do with it? Since 2009, need and care and desire and admiration have been cross-examined, called as witness, put on parole, and made the subject of caring inquiry by e-flux journal authors. These writings have now been collected to form this comprehensive volume.

Edited by Julieta Aranda, Brian Kuan Wood, Stephen Squibb, Anton Vidokle.
With contributions by Paul Chan, Keti Chukhrov, Cluster, Antke Engel, Hu Fang, Brian Kuan Wood, Lee Mackinnon, Chus Martínez, Tavi Meraud, Fred Moten and Stefano Harney, Elizabeth A. Povinelli and Kim Turcot DiFruscia, Paul B. Preciado, Martha Rosler, Virginia Solomon, Jalal Toufic, Jan Verwoert, Slavoj Žižek

Criticism/Theory First Edition Softcover 360 pages Texts in English   New       EUR 15 out of stock

Jackie Wang, Carceral Capitalism, Semiotext(e), 2018

What we see happening in Ferguson and other cities around the country is not the creation of livable spaces, but the creation of living hells. When people are trapped in a cycle of debt it also can affect their subjectivity and how they temporally inhabit the world by making it difficult for them to imagine and plan for the future. What psychic toll does this have on residents? How does it feel to be routinely dehumanized and exploited by the police?—from Carceral Capitalism

In this collection of essays in Semiotext(e)'s Intervention series, Jackie Wang examines the contemporary incarceration techniques that have emerged since the 1990s. The essays illustrate various aspects of the carceral continuum, including the biopolitics of juvenile delinquency, predatory policing, the political economy of fees and fines, cybernetic governance, and algorithmic policing. Included in this volume is Wang's influential critique of liberal anti-racist politics, “Against Innocence,” as well as essays on RoboCop, techno-policing, and the aesthetic problem of making invisible forms of power legible.

Wang shows that the new racial capitalism begins with parasitic governance and predatory lending that extends credit only to dispossess later. Predatory lending has a decidedly spatial character and exists in many forms, including subprime mortgage loans, student loans for sham for-profit colleges, car loans, rent-to-own scams, payday loans, and bail bond loans. Parasitic governance, Wang argues, operates through five primary techniques: financial states of exception, automation, extraction and looting, confinement, and gratuitous violence. While these techniques of governance often involve physical confinement and the state-sanctioned execution of black Americans, new carceral modes have blurred the distinction between the inside and outside of prison. As technologies of control are perfected, carcerality tends to bleed into society.

Artist's book First edition of 500 copies   New       EUR 70 out of stock

Coll., Maximage Color Combinations, ECAL, 2017

This book is a tool for designers, artists and printers who are interested in personalized and unique color palettes. Created using between 2 and 5 spot colors, over 120 combinations were generated directly in the offset press by interfering with the ink unit. This unorthodox color-mixing technique helped to create more than 450 spot colors evolving over the 500 different books, turning each one into a set of totally unique combinations.

The book explores how different colors and hues can interact together, and how they can merge from one to another. Without any chapters or formulas, colors travel from shiny to matte, blue to celadon, frozen to boiling, reflective to absorbent, dark light to brain grey, spectral to metameric, sunshine to neon, from Atlanta to Albertville, or from Leipzig to Juba via Napoli and back again, in an attempt to tell infinite stories.

The user will not find here this year’s hot color nor the trends for next season. Rather, each page tells a different story that each user can relate to, reinterpret or reappropriate in their own way.


This publication follows “Maximage Formula Guide” and “Maximage Raster Guide”, and is part of the “Workflow” Research Project (R&D). It was conceived and printed during a workshop at ECAL held by Maximage and the printer Thomi Wolfensberger, Zurich.


With the participation of Giacomo Bastianelli, Mélanie Blanc, Victoire Bornhauser, Pauline Brocart, Benoît Brun, Juliette Caillault, Sebastian Davila, Ariane Delahaye, Sarah Di Venosa, Jenny Donnet-Descartes, Loïc Dupasquier, Laurence Favez, Boris Fernandez, Loana Gatti, Clément Gicquel, Marine Giraudo, Amaury Hamon, Pamela Jaton, Valentin Kaiser, Sereina Kessler, Thomas Le Provost, Vidal Mateos, Dimitri Nägele, Sophie Soulié, Laetitia Troilo, Laura-Issé Tusevo, Gwendolyn Ummel, Sabrina Vega and Matthieu Visentin.

Artist's book Edition of 150 Staple-bound 15 pages Texts in English   New       EUR 45 out of stock

Maximage, Chandigarh Furniture, Villette Édition, 2014

"Years later, some Indian scientists scouting for new settlement locations, flew over the area and spotted the remains of the huge concrete statue of a hand that seemed to be trying to reach out at them through the dense vegetation engulfing it.“

Concept: David Keshavjee, Andreas Koller, Guy Meldem.
Designed in India and printed on hand-made paper from Pondicherry. 

Criticism/Theory Newspaper Texts in French   New       EUR 4 out of stock

Coll., Concertina. Journal du traitement médiatique du bidonville de Calais, 2018

Le jeudi 8 mars 2018, dans le XIXe arrondissement, Karim est mort aux portes du centre « humanitaire » sous contrat d’Emmaüs Solidarité. Ses espoirs de dignité liquidés sur un trottoir parisien. Foulé au pied par la ville comme un encombrant sans visage, son corps gisant sous des couvertures trempées a été laissé plusieurs heures sous la pluie, avant d’être enlevé par la police. De la même manière, ce qui ne manquera pas de frapper le lecteur de ce recueil sur le bidonville de Calais, c’est la façon dont on a discuté et disposé des « migrants » comme de biens meubles. Leur présence sur le territoire calaisien était un problème public, leurs corps des objets passifs et leurs voix inaudibles dans le récit de la « crise des migrants ».

Le travail qui suit est un journal non-exhaustif du traitement politique et médiatique des exilés de la jungle, le temps de sa brève existence. À peine plus d’un an, de l’été 2015 à novembre 2016, soit des premières annonces de la création d’un camp et des incitations de la mairie à s’installer sur la lande, jusqu’à son nettoyage manu militari. Une opération de grande ampleur, menée sous les caméras de plusieurs centaines de journalistes badgés et baladés par l’agent de communication de la préfecture. La violence de l’expulsion provient bien sûr du déploiement policier et des incendies qui ont permis de boucler l’affaire en quelques jours mais aussi et de façon moins évidente, de l’hégémonie d’une fiction médiatique qui a rendu muettes dix mille personnes en errance autour d’un brasier. Ce recueil regroupe quelques perles sordides et des textes d’origines diverses qui abordent parfois le même événement depuis des perspectives différentes, collectés au fil du temps, comme autant d’archives du décalage entre les journaux et la réalité vécue. Les articles ne sont ni corrigés (seules quelques notes ont été ajoutées pour faciliter la compréhension et des liens supprimés pour alléger le passage à la forme papier), ni commentés. Nous espérons que le lecteur saura en tirer quelques enseignements. Les relire aujourd’hui permet de reconstituer l’articulation du discours dominant, ponctué de quelques éléments dissonants pour y déceler les permanences, les tours de manches éculés, et garder en mémoire cette histoire pour éclairer la situation actuelle et son air de déjà-vu.

Criticism/Theory First Edition Softcover 80 pages Texts in French   New       EUR 11 out of stock

Leo Bersani, Le rectum est-il une tombe ?, L'Unebévue, 1998

Cet essai au titre provoquant se tient à la croisée de multiples chemins : d'abord l'horrible tranchée taillée par le sida dans les milieux homosexuels, et les réactions de rejet social qui s'ensuivirent. Puis le questionnement aigu sur la nature de l'identité sexuelle - bastion imprenable de la "normalité" - que toutes les nouvelles revendications des groupes gay et lesbien portaient alors en pleine lumière. Enfin, dans ce même début des années quatre-vingt, lors de ses nombreux séjours dans les Universités américaines, Michel Foucault avançait son Histoire de la sexualité (sans trop faire de mystère de la sienne), offrant ainsi à cette agitation sociale et sexuelle complexe quelques-unes de ses coordonnées historiques et philosophiques.
En faisant se heurter toutes ces dimensions hétérogènes dans un style vif, à l'occasion percutant, Leo Bersani - professeur de littérature française à Berkeley, lié aux mouvements activistes gays américains - a publié dès 1987, dans la revue October, cet essai d'emblée retentissant, aujourd'hui un classique dans les Gay and Lesbian Studies. Tout en critiquant de près les outrances verbales et idéologiques de certains militants gays et lesbiens, il en vient - via Freud et Bataille, entre autres - à interroger la jouissance supposée dans l'acte sodomique : le rectum serait-il la tombe de ce phallus priapique que vénère le style macho ?

Leo Bersani a déjà publié en français Baudelaire et Freud, en 1981, Théorie et Violence, Freud et l'art, en 1984 et en 1998, Homos, repenser l'identité.

Criticism/Theory First Edition Softcover 164 pages 23 x 17 cm Texts in French   New       EUR 15 out of stock

Prole.info, The Housing Monster. Travail et logement dans la société capitaliste, niet!

« Une maison, ce n’est pas seulement quatre murs et un toit. Depuis sa conception et sa production jusqu’à la façon dont elle vendue, habitée, revendue et finalement démolie, cette baraque ne cesse d’être traversée par des conflits. Depuis le travail sur le chantier jusqu’au quotidien du quartier, forces économiques impersonnelles et conflits très personnels se nourrissent mutuellement. Du béton, de la ferraille, du bois et des clous. De la frustration, de la colère, de la rancœur et du désespoir. Les tragédies individuelles reflètent une tragédie sociale infiniment plus large. »

Après la publication de Guerre de classe en 2005 et À bas les restaurants en 2006, le collectif américain Prole.info se confronte à nouveau avec The Housing Monster, au monstre capitaliste.

Aborder une réalité complexe avec un langage clair et direct n’est pas chose facile. Pourtant, tout au long de ce pamphlet sous forme de roman graphique, les auteurs parviennent à coller à cette nécessité. Ils rendent compte de la place du logement dans le capitalisme et de son interaction avec le travail salarié.

Criticism/Theory Softcover Texts in French   Good condition       EUR 15 out of stock

A.S. Neill, Libres enfants de Summerhill, François Maspero, 1972

« Summerhill, c’est l’aventure d’une école autogérée fondée en 1921 dans la région de Londres. Son fondateur, le psychanalyste A. S. Neill, a mis les découvertes psychanalytiques au service de l’éducation. Il s’est dressé contre l’école traditionnelle soucieuse d’instruire mais non pas d’éduquer. Il s’est dressé contre les parents hantés par le critère du succès (l’argent). Il s’est insurgé contre un système social qui forme, dit-il, des individus “manipulés” et dociles, nécessaires à l’ensemble bureaucratique hautement hiérarchisé de notre ère industrielle. » Maud Mannoni.

Libres enfants de Summerhill, publié aux Éditions François Maspero en 1970, dix ans après sa première publication à New York et dans le bouillonnement de l’après-Mai 68, est devenu en quelques années un best-seller et s’est vendu à plus de 400 000 exemplaires. Depuis sa parution, l’expérience éducative originale décrite dans cet ouvrage a suscité de nombreux débats pédagogiques et a contribué à lancer la question des droits de l’enfant. L’école autogérée de Summerhill, malgré les controverses dont elle a pu et continue de faire l’objet, accueille toujours des pensionnaires.

Children's book First Edition Hardcover 32 pages 25 x 21 cm Texts in French   New       EUR 19 ORDER

Charlotte Dugrand, Bruno Bartkowiak, Jojo le pirate partage le butin, Libertalia, 2015

Jojo le pirate et ses amis sillonnent la mer des Caraïbes. Ils ont trouvé un délicieux trésor, un coffre rempli de sucreries…
C’est l’heure du partage. Chacun dit ce qu’il veut, mais comment partager le butin équitablement ? Jojo répartit les friandises en parts égales, mais Gigi-la-Vigie, qui s’était endormie, manque à l’appel… Catastrophe ! Il manque une part.
Alors que fait-on ? On ne donne rien à Gigi ? On lui donne chacun un bonbon ? Non, il va falloir tout recommencer.
C’est cela être solidaire avec ses copains. Même si certains ne sont pas de cet avis…

L’histoire de Jojo le pirate s’adresse aux 3-5 ans. Cinq personnages composent l’histoire : Jojo le pirate, Pilon (le zèbre à la jambe de bois), Trompette (l’éléphant), Capitaine Cocotte (la poule au crochet) et Gigi-la-Vigie (la girafe). L’histoire est une réflexion sur le partage et le fait d’être solidaire avec ses amis. Le capitaine n’est pas un garçon, mais une petite poule. Les illustrations laissent une part importante d’interprétation aux enfants et aux parents. On retrouve les classiques de la piraterie, mais aussi une autre philosophie que celle véhiculée d’ordinaire sur les pirates. A bord de leur bateau, il n’y a pas de chef, ils partagent le trésor en parts égales et prennent les décisions en commun.
À l’abordage !

Social sciences First Edition Softcover 336 pages Texts in French   New       EUR 31 ORDER

Eduardo Kohn, Comment pensent les forêts, Zones Sensibles, 2017

Comment pensent les forêts. Vers une anthropologie au-delà de l'humain.

Les forêts pensent-elles ? Les chiens rêvent-ils ? Dans ce livre important, Eduardo Kohn s’en prend aux fondements même de l’anthropologie en questionnant nos conceptions de ce que cela signifie d’être humain, et distinct de toute autre forme de vie. S’appuyant sur quatre ans de recherche ethnographique auprès des Runa du Haut Amazone équatorien, Comment pensent les forêts explore la manière dont les Amazoniens intéragissent avec les diverses créatures qui peuplent l’un des écosystèmes les plus complexes au monde. Que nous l’admettions ou non, nos outils anthropologiques reposent sur les capacités qui nous distinguent en tant qu’humains ; pourtant, lorsque nous laissons notre attention ethnographique se porter sur les relations que nous tissons avec d’autres sortes d’êtres, ces outils – qui ont pour effet de nous aliéner du reste du monde – se révèlent inopérants. Comment pensent les forêts entend répondre à ce problème. Cet ouvrage façonne un autre genre d’outils conceptuels à partir des propriétés étranges et inattendues du monde vivant lui-même. Dans ce travail revolutionnaire, Eduardo Kohn entraîne l’anthropologie sur des chemins nouveaux et stimulants, qui laissent espérer de nouvelles manières de penser le monde, monde que nous partageons avec d’autres sortes d’êtres.

Première édition : University of California Press, 2013. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Grégory Delaplace pour la présente édition.

Criticism/Theory Second Edition Softcover 401 pages 20 x 13 cm Texts in French   New       EUR 26 out of stock

Silvia Federici, Caliban et la sorcière: Femmes, corps et accumulation primitive, Entremonde, Senonevero, 2017

Silvia Federici revi­site ce moment par­ti­cu­lier de l’his­toire qu’est la tran­si­tion entre le féo­da­lisme et le capi­ta­lisme, en y intro­dui­sant la pers­pec­tive par­ti­cu­lière de l’his­toire des femmes. Elle nous invite à réflé­chir aux rap­ports d’exploi­ta­tion et de domi­na­tion, à la lumière des bou­le­ver­se­ments intro­duits à l’issue du Moyen Âge. Un monde nou­veau nais­sait, pri­va­ti­sant les biens autre­fois col­lec­tifs, trans­for­mant les rap­ports de tra­vail et les rela­tions de genre. Ce nou­veau monde, où des mil­lions d’escla­ves ont posé les fon­da­tions du capi­ta­lisme moderne, est aussi le résul­tat d’un asser­vis­se­ment sys­té­ma­ti­que des femmes. Par la chasse aux sor­ciè­res et l’escla­vage, la tran­si­tion vers le capi­ta­lisme fai­sait de la moder­nité une affaire de dis­ci­pline. Discipline des corps fémi­nins dévo­lus à la repro­duc­tion, consu­més sur les bûchers comme autant de signaux ter­ri­fiants, tor­tu­rés pour lais­ser voir leur méca­ni­que intime, anéan­tis socia­le­ment. Discipline des corps d’escla­ves, servis à la machine sociale dans un for­mi­da­ble mou­ve­ment d’acca­pa­re­ment des res­sour­ces du Nouveau Monde pour la for­tune de l’ancien.

Le capi­ta­lisme contem­po­rain pré­sente des simi­li­tu­des avec son passé le plus vio­lent. Ce qu’on a décrit comme bar­ba­rie et dont aurait su triom­pher le siècle de la raison est cons­ti­tu­tif de ce mode de pro­duc­tion : l’escla­vage et l’anéan­tis­se­ment des femmes n’étaient pas des pro­ces­sus for­tuits, mais des néces­si­tés de l’accu­mu­la­tion de richesse. L’auteur nous invite à par­ta­ger son son regard d’his­to­rienne et de fémi­niste sur la situa­tion actuelle et sur ses méca­nis­mes.

Cinema, Criticism/Theory Softcover 242 pages Texts in French   New       EUR 25 out of stock

Jean-Louis Comolli, Cinéma contre spectacle, suivi de Technique et idéologie (1971-1972), Verdier, 2009

La sainte alliance du spectacle et de la marchandise s’est réalisée. D’un pôle, d’un tropique à l’autre, le capital a trouvé l’arme absolue de sa domination : les images et les sons mêlés. Jamais dans l’histoire autant de machines n’avaient donné à autant d’hommes autant d’images et de sons à voir et à entendre. L’aliénation dévoilée par Marx n’est plus seulement ce qui dore la pilule amère de la misère, l’opium du peuple ; elle va au-delà du service rendu au capital.

Elle se sert elle-même. Les spectacles, les images et les sons nous occupent dans le but de nous faire aimer l’aliénation en tant que telle. Le spectacle ne se contente pas de servir la marchandise. Il en est devenu la forme suprême.
Se battre contre cette domination, c’est mener un combat vital pour sauver et tenir quelque chose de la dimension humaine de l’homme. Cette lutte doit se faire contre les formes mêmes que le spectacle met en œuvre pour dominer. Il nous revient, spectateurs, cinéastes, de défaire maille à maille cette domination, de la trouer de hors-champ, l’ébrécher d’intervalles. Cinéma contre spectacle ? Mais c’est le cinéma qui, dans son histoire, a construit un spectateur capable de voir et d’entendre les limites du voir et de l’entendre ! Un spectateur critique.

Cette dimension critique était en jeu dans les six articles parus sous le titre « Technique et idéologie » dans les Cahiers du cinéma (1971-1972). Ils sont repris ici, pour la première fois depuis ces années cruciales, dans la deuxième partie de l’ouvrage.

Monograph First Edition Softcover 152 pages 24 x 15 cm Texts in French   New       EUR 15 out of stock

François Coadou, Fragments pour Isidore Isou, Art Book Magazine, 2017

Que reste-t-il aujourd'hui d'Isidore Isou (1925-2007) ? Un nom dans la rumeur de l'histoire de l'art, et celui du mouvement dont il fut le fondateur en 1946 : le lettrisme. Un film manifeste aux images déconnectées de la bande-son et grattées : Traité de bave et d'éternité (1951). Un vocabulaire étrange, qui l'expose à un possible hermétisme. Une mauvaise réputation, de querelle et de prétention. Ce livre propose d'y regarder de plus près. Sans prétendre à l'exhaustivité face à une œuvre vaste et complexe, il examine quelques notions et inventions décisives (poésie à lettres, métagraphie, hypergraphie, art infinitésimal, art super-temporel, etc.), évoque des contextes et des sources, trace quelques parallèles et perspectives, pour essayer de restituer dans sa cohérence propre et à sa place dans l'Histoire, une vision singulière de l'homme et de la création.

Qu'est-ce qu'être contemporain ? Être déphasé par rapport au donné du présent ; savoir qu'il est construit, autrement dit déconstructible et reconstructible : se le réapproprier en tant qu'il est Histoire. Au croisement de l'art et du politique, la collection « Perspectives inactuelles » propose par des reprises historiques et philosophiques précises d'y contribuer.

Artists' writings First Edition Softcover 480 pages Texts in English   New       EUR 20 out of stock

Ed Atkins, A Primer for Cadavers, Fitzcarraldo Editions, 2016

One of the most widely celebrated artists of his generation, Ed Atkins makes videos, draws, and writes, developing a complex and deeply figured discourse around definition, wherein the impossibilities for sufficient representations of the physical, specifically corporeal, world — from computer generated imagery to bathetic poetry — are hysterically rehearsed.
     A Primer for Cadavers, a startlingly original first collection, brings together a selection of his texts from 2010 to 2016. ‘Part prose-poetry, part theatrical direction, part script-work, part dream-work,’ writes Joe Luna in his afterword, ‘Atkins’ texts present something as fantastic and commonplace as the record of a creation, the diary of a writer glued to the screen of their own production, an elegiac, erotic Frankenstein for the twenty-first century.’

Artists' writings First Edition Softcover 182 pages Texts in English   New       EUR 27 out of stock

Juliana Huxtable, MUCUS IN MY PINEAL GLAND, Capricious, Wonder, 2017

REAL DOLLS, ANIMATRONICS, FAUX-HUMAN ACCESSORIES, THE ABOLITION OF LAWS SURROUNDING ADOPTION, EX-VETERO FERTILIZATION
THE LIVE FEED AND PROFILE STAND AS TRUTH.

IF HISTORY WAS ROBBED, WE TAKE IT BACK BY PEELING AWAY AT LAYERS OF WIKIPEDIA DEBATES (SUBJECT LINE) RE: AUTHENTICITY.

BLACK SAMURAIS
MOORS
THE HAITIAN REVOLUTION

WHO ARE THE MODEN ASCETICS?

WEAVES FOR ERYBODY!

Mucus in My Pineal Gland is the debut collection of artist and writer Juliana Huxtable. Gathering for the first time, poems, performance scripts, and essays, this startling new book expands Huxtable’s critique of gender, sexuality, politics, whiteness, and history while establishing her as a singular poetic voice.

Juliana Huxtable is a New York City-based writer, performer, DJ, and artist. 

Periodical Softcover Texts in English   New       EUR 25 out of stock

Vestoj #05: On Slowness, Vestoj Journal, 2015

(...) The speed of change is a growing complaint about fashion, both amongst those whose livelihoods depend on it, and amongst those who observe these ceaseless shifts from afar. Grumbles about a ubiqui­tous acceleration are nothing new however; in fact, the grievance we appear to harbour against velocity is as old as modernity itself. Back then the machines that increasingly replaced the human hand aroused fear and trepidation; today our attitudes reflect much the same ambivalence towards the revolutions of time. It seems we always regard our own time as simultaneously the most progressive and the most relentlessly accelerated. The modernist project, however, firmly rooted the relationship between progress and speed, and in so doing also forever altered our notion of time. A universal temporal framework, with time zones, seasonal changes and accurate clocks, was constructed with the help of new technology, and the previous more subjective understanding of time had to make way for expedience and the hustle of modern life. With a more synchronised understanding of time, the future also became easier to grasp and, by extension, to control. For a future that can be measured in terms of the knowable present, is a malle­able future, a future that can be shaped according to our will. (...)

With texts by: Dr Michelle Bastian, Laura Gardner, Dr Susan S. Bean, Dr Donald B. Kraybill, Nathalie Khan, Karinna Nobbs, Professor Barbara Vinken, Karlijn Slegers, Yoshiko Iwamoto Wada, Nilgin Yusuf, Professor Frances Corner, Dr John Barker, Anja Aronowsky Cronberg and Maria Fusco.

Last copies !!

Your cart contains 0 item. Check out here.
Item added to cart.